Rencontre MATIGNON / CGT du 26 Novembre 2019

Le Premier ministre, sourd aux propositions de la CGT

Communiqué de la CGT

Pour la 22ème fois depuis décembre 2017, la CGT a rencontré le gouvernement à propos de notre système de retraite. La CGT a insisté sur plusieurs points afin d’améliorer notre système actuel par répartition et solidaire.
En premier lieu, il y a nécessité d’agir d’urgence, en amont du départ à la retraite, pour améliorer les pensions :

par l’augmentation significative du salaire minimum et du point d’indice dès le mois de décembre. Augmenter les salaires et les traitements influe directement sur le niveau des retraites et assure des recettes supplémentaires pour la sécurité sociale et le système de retraites par le biais des cotisations sociales ; en imposant l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes. Elle permettra automatiquement la réduction des inégalités au moment de la retraite.

Il faut également améliorer notre système actuel qui reste l’un des meilleurs au monde et le mieux à même de protéger tous les retraités contre la pauvreté. Il est aussi le plus sûr, en particulier, pour assurer aux jeunes d’aujourd’hui une bonne retraite sur le long terme.

Pour autant, la CGT refuse le statu quo car le monde du travail a évolué.
Par exemple, il faut permettre à la jeunesse qui étudie plus longtemps de pouvoir valider des trimestres cotisés durant ses années. Nous refusons de sacrifier les générations futures avec une clause « grand père » qui repousserait leur départ à 65 ou 70 ans.

Il faut réduire les années de référence de calcul des pensions aux 10 meilleures années dans le privé ou aux 6 derniers mois dans le public pour réduire les inégalités et les « accidents » de carrière.

Il faut élargir les départs anticipés pour les métiers pénibles plutôt que de stigmatiser celles et ceux qui ont des droits. Un chauffeur de bus du Havre ou d’Amiens doit bénéficier des mêmes droits que ceux de la RATP. Il en est de même pour une aide-soignante ou une infirmière, quel que soit son lieu de travail.

Dans ce sens, il faut donc revoir la politique d’exonération de cotisations patronales inefficace pour l’emploi et amputant le régime de retraite de recettes supplémentaires. Les cotisations sociales doivent servir au plus grand nombre, pas aux actionnaires.

Visiblement, le Premier ministre n’a pas entendu les attentes de la majorité des citoyens.

Edouard Philippe et son gouvernement choisissent le bras de fer avec le monde du travail, préférant aller au conflit, campés dans une attitude idéologique, plutôt que de choisir l’écoute et le dialogue.

Le président de la République, enfermé dans ses certitudes et dans son monde loin de la réalité et du vécu de la très grande majorité des citoyens, pense avoir raison tout seul.

Pourtant, tout montre que le mécontentement social se renforce dans le pays, au travers de différents mouvements de contestation dans le public comme dans le privé ou au travers des gilets jaunes ou des étudiants mobilisés, aujourd’hui, contre la précarité.

La CGT appelle à poursuivre et à amplifier les mobilisations et la grève, dès le 5 décembre prochain.

Montreuil, le 26 novembre 2019

Retrouver le communiqué en PDF

Un autre système de retraite est possible (vidéo P.Martinez)

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT explique comment la CGT propose de financer un système de retraite plus juste que le projet Macron-Delevoye.

 

Pour voir l'intégralité de la vidéo c'est ICI

 

Rapport Delevoye : l’entourloupe de la réforme des retraites (vidéo)

ATTAC, avec le collectif « nos retraites », a réalisé une petite vidéo qui explique pourquoi tout le monde va voir ses pensions de retraite diminuer si le projet Delevoye voit bien le jour.

video retraites from Attac Play on Vimeo.

 

Réforme des retraites : les 10 points chauds du rapport Delevoye

Réforme des retraites : les 10 points chauds du rapport Delevoye
 
Au détour de son dossier de presse, Jean Pierre Delevoye nous confirme une information essentielle : avec sa réforme, nos pensions vont chuter. Pourquoi ? Parce qu’il va mettre en place une « règle d’or » avec un blocage des ressources du système de retraites à son niveau actuel, 14% du PIB.
Le hic, c’est que le nombre de retraité.e.s va augmenter de plus d’un tiers d’ici à 2050. Si les recettes du système sont bloquées, le montant des pensions va donc être ajusté à la baisse.
 
Voici les 10 points chauds du rapport Delevoye dont les préconisations préfigurent la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron. Cliquez Ici

Conseil commun exceptionnel sur les retraites : les profonds désaccords sont confirmés

Communiqué CGT Fonction publique

Le Conseil Commun de la Fonction Publique était convoqué ce 3 octobre sous une forme exceptionnelle avec un point unique à l’ordre du jour : l’application aux agents de la Fonction publique de la réforme systémique des retraites portée par le pouvoir exécutif.

Pour cette occasion, le Haut Commissaire, Jean Paul Delevoye, était présent afin d’exposer le projet gouvernemental et répondre aux questions des organisations syndicales.

Dans sa déclaration générale (voir pièce jointe), la CGT Fonction publique a réaffirmé, en plein accord avec sa confédération, son attachement au système par répartition, financé par les cotisations et à prestations définies, ainsi qu’à l’existence de régimes distincts reposant sur des réalités objectives. Nous avons en conséquence rappelé notre ferme opposition au régime universel par points, porteur de lourds reculs pour tous les salariés.

Lire la suite : Conseil commun exceptionnel sur les retraites : les profonds désaccords sont confirmés

Débat Delevoye-Martinez à la Fête de l’Huma (NVO)

Débat Delevoye-Martinez à la Fête de l’Huma (NVO)

Au lendemain de la grève massive à la RATP contre la réforme des retraites, le débat entre Philippe Martinez et Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites, a été un des temps forts de la Fête de l’Humanité.

Le sujet des retraites continue d’enflammer le débat social. Rendu public le 12 septembre dernier, un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et Le Figaromontrait que 67 % des Français ne pensaient pas qu’Édouard Philippe proposerait une bonne réforme. Le 13 septembre, une grève des personnels de la RATP paralysait massivement les métros et RER parisiens. Le gouvernement ne ménage pourtant pas sa peine pour soigner sa communication sur le sujet.

Lire la suite : Débat Delevoye-Martinez à la Fête de l’Huma (NVO)

Retraites : Stoppons le projet de régression sociale !

Le projet gouvernemental confié depuis près de 2 ans à Jean Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, prend forme.

Ce dernier fait des annonces au cœur de la période estivale, après un simulacre de concertations orchestré pour détourner l’attention de la population sur les vraies raisons de cette nouvelle réforme régressive.

Au nom de « l’équité » personne ne sera épargné, actifs comme retraités toutes et tous perdants !

La suite en PDF

Retraites : une autre réforme est possible | Propositions de la CGT

Deux français sur trois sont opposés à la réforme des retraites que prépare le gouvernement et 93% d’entre eux refusent la baisse de leur pension.

C’est pourtant ce qui est envisagé, avec le régime par points préconisé par Emmanuel Macron et construit par Jean-Paul Delevoye. L’entrée de ce dernier au gouvernement démontre d’ailleurs que c’est bien un projet Macron-Delevoye qui est en route avec, pour seul objectif, de nouvelles économies budgétaires sur « le dos » du monde du travail.

Voir les notes en pièce jointe et les propositions de la CGT pour garantir dans la durée le financement des retraites.

Propositions de la CGT pour garantir dans la durée le financement des retraites en PDF.

Retraites : une autre réforme est possibles | Propositions de la CGT en PDF 

Le système de retraite par points voulu par Macron, c’est travailler plus longtemps pour gagner moins !

LA CGT REVENDIQUE :

  • L’abandon du projet de loi sur la « retraite universelle par points »
  • Le droit au départ à la retraite à 60 ans, avec un départ anticipé prenant en compte la pénibilité du travail.
  • Un taux de remplacement au minimum de 75% avec un seuil de pension minimum de 1800 euros
  • Le maintien du régime de retraite de la CNRACL l L’augmentation des pensions de retraites, avec une pension minimum à 1 800 euros.

LA CNRACL EST À NOUS, ELLE EST FONDÉE SUR NOS SALAIRES, ELLE EST UN ÉLÉMENT DE NOTRE STATUT !     Voir le tract ci-joint

Mr Fillon face aux patrons

Aveu de Mr FILLON sur le système de retraite par points....... (extrait de Public sénat)

Comment Macron va baisser nos retraites

Le mois prochain, le gouvernement présentera les grandes lignes de son projet de « réforme » des retraites. Engageons dès aujourd’hui la contre-offensive avec Christophe Ramaux, pour comprendre la nouvelle régression qui s’annonce. La bataille pour les retraites est lancée, et c’est aussi une guerre des idées. 

Comment Macron va baisser nos retraites   

Source : https://la-bas.org