Barèmes de traitement annoncés pour 2022

Suite à l’augmentation du SMIC, le décret n° 2021-1270 du 29 septembre 2021 fixe à compter du 1er octobre 2021 le minimum de traitement à l’indice majoré 340 correspondant à l’indice brut 367.

A compter de cette date, les agents occupant un emploi doté d’un indice majoré inférieur à 340 percevront le traitement afférent à l’indice majoré 340 (indice brut 367).

Cela impacte :
• Les 6 premiers échelons de l’échelle C1,
• Les 4 premiers échelons de l’échelle C2,
• Les 3 premiers échelons du grade d’agent de maîtrise.

Il s’agit ainsi d’une simple augmentation de l’indice minimum de traitement et non une modification des grilles indiciaires, qui pour le moment ne sont pas modifiées.

Ci-joint, en bas de page les barèmes de traitement pour 2022.

La hausse du point d’indice est l’unique levier permettant d’augmenter le traitement de tous les agents de façon égalitaire.

Le point d’indice de la Fonction publique détermine la rémunération des fonctionnaires. En moyenne, il représente plus de 80 % du salaire des agents de la Fonction publique.

La valeur actuelle du point d’indice est de 4,68603 € bruts.

Le traitement indiciaire est calculé en multipliant l’indice majoré (variable selon le grade et l’échelon du fonctionnaire) par le point d’indice.

La CGT revendique :
- une revalorisation immédiate du point d’indice et un plan de rattrapage des pertes accumulées ;
- la valeur du point comme élément essentiel du traitement et du calcul de la retraite ;
- un minimum de rémunération à 2000 € mensuels bruts ;
- l’intégration des primes dans la grille pour mettre fin aux inégalités entre agents et entre collectivités ;
- l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Grille de salaire Catégorie A 1er janvier 2022

Grille de salaire Catégorie B 1er janvier 2022

Grille de salaire Catégorie C 1er janvier 2022

Les revendications CGT et leurs financements

On objecte souvent que les revendications que, notamment, la CGT met en avant ne peuvent être satisfaites, voir seulement envisagées, car il n’existe pas de moyens pour les financer. Rien n’est plus faux.

La 4 pages en PDF

Justice pour nos carrières et nos salaires

La CGT revendique des mesures salariales d’urgence : un démarrage de carrière à 1800 euros bruts.
La CGT revendique l’abandon du PPCR, mesure rétrograde (tassement de la grille, allongement des carrières, saupoudrage indiciaire, inégalité de traitement), et l’ouverture d’un cycle de négociations sur les carrières des agents de toutes les catégories. Dans ce cadre, la CGT fait des propositions pour le renforcement du Statut général des fonctionnaires pour que ses principes d’égalité, de responsabilité et d’indépendance garantissent la protection des agent.e.s contre l’arbitraire du politique et pour les usagers une application égalitaire des lois et règlements. lire la suite du document en PDF

Le prélèvement de l’impôt a la source :en 10 questions

Nombreuses sont les questions qui nous sont posées concernant la retenue à la source de l’impôt sur le revenu. Nous en avons retenu 10 pour vous expliquer ce mode de paiement de l’impôt qui va vous faire grincer les dents s’il est mis en œuvre.

le 4 pages CGT Finances

Salaires pouvoir d'achat

Pourquoi les augmentations générales sont indispensables

  •  En l’absence de mesure salariale générale, le premier grade de la catégorie C sera recruté au SMIC dès 2020, celui de la catégorie B en 2022 et pour la catégorie A en 2025 ou 2026 !... Quelle magnifique perspective
  •  En 2018, un agent de catégorie B déroulant sa carrière complète sur deux grades connaît une amplitude indiciaire (indice de recrutement rapporté à l’indice sommital) de 56 %. C’était 72 % il y a 20 ans et pour une durée de carrière moins longue!

    Lire la suite : Salaires pouvoir d'achat

Salaires

Pour la CGT, l’augmentation du point d’indice, la grille unique reconnaissant les qualifications des agents et un déroulement de carrière linéaire sur deux grades avec doublement du salaire du début à la fin de la carrière, sont les seules revendications qui permettraient une vraie augmentation des salaires, du pouvoir d’achat et des retraites.Dans l’immédiat, la CGT exige les suppressions des ratios promus/promouvables qui amplifient les inégalités entre les agents des différents filières, grades et collectivités.